Lancer son salon de coiffure

L’HISTOIRE D’UNE COIFFEUSE PASSIONNÉE

Après avoir passé son CAP et son BP coiffure, Océane démarre dans la vie active avec un rêve en tête : lancer un jour son propre salon de coiffure. Sa formation en poche, Océane commence en tant que salariée dans un salon qui lui donne sa chance. C’est là qu’elle observe « à quoi ça ressemble d’être un chef d’entreprise » et qu’elle apprend les ficelles du métier.

Deux ans plus tard, à 21 ans, elle décide de lancer son entreprise. « Tu vas gâcher ta jeunesse » lui disent certains. Mais Océane sait ce qu’elle veut et surtout ne souhaite pas regretter de « ne pas l’avoir fait ». Elle se lance alors à la recherche d’un local ou d’un salon existant à reprendre.

Au bout de six mois, elle trouve le local idéal : un cédant pressé de quitter les lieux, un emplacement numéro un et une surface raisonnable pour démarrer : « Il vaut mieux un petit salon rempli qu’un grand salon vide ». Océane ne laisse pas passer cette opportunité. Elle cherche un financement et réussit à obtenir le local !

Commencent alors des semaines de travaux pour rénover son futur salon de coiffure. Sa famille et ses amis se mobilisent pour l’aider dans ce chantier ! Ils abattent une cloison, refont le sol, repeignent les murs, etc. Et le salon d’Océane prend peu à peu vie.

Salon de coiffure Océane Avakian  Salon de coiffure Océane Avakian 3  Salon de coiffure Océane Avakian 2

En parallèle, Océane entreprend toutes les démarches administratives pour créer son entreprise. Sans accompagnement, « ce n’est pas simple, on a besoin d’être aidé, d’être épaulé » nous confie Océane. Elle parvient ainsi à coordonner les travaux, les formalités administratives pas toujours évidentes quand on se lance pour la première fois et la préparation de l’ouverture du Salon.

Plus motivée que jamais Océane accueille ses premiers clients ! Elle n’hésite pas à sortir dans la rue distribuer des cartes de visite aux voisins, aux commerçants, aux passants pour se faire connaître. Et le bouche à oreille va porter ses fruits. Dès le premier mois de son activité Océane réalise sa première embauche.

Neuf mois après le lancement, Océane ne regrette pas d’être aller au bout de son rêve d’entreprendre. « Ca vaut le coût » nous dit-elle avant que nous la quittions.

Une belle histoire d’une jeune coiffeuse qui nous prouve qu’il n’y a pas d’âge pour entreprendre.

-

Rendez-vous au Salon Océane Avakian

Retrouvez le Salon Océane Avakian sur Facebook

-

Rejoindre notre communauté